Obtenir des conseils juridiques gratuits

Obtenir des conseils juridiques gratuits

Il existe trois principaux moyens d’obtenir des conseils juridiques gratuits en France, dont un seul consiste à solliciter l’aide juridictionnelle.

Aide juridique française

Le principal système d’aide judiciaire en France s’appelle l’aide juridictionnelle.

Il est disponible pour couvrir les frais directs d’un avocat que vous pourriez devoir engager, ainsi que d’autres frais connexes, tels que l’assistance d’un huissier de justice ou d’un témoin expert.

L’aide est accessible à toute personne résidant légalement en France, qu’elle soit ou non de nationalité française.

Il est également disponible pour la plupart des types de litiges juridiques, qu’ils soient pénaux ou civils.

Cependant, pour avoir accès au système, il y a un test difficile des ressources et une échelle mobile de soutien si votre revenu est supérieur au seuil de revenu.

L’année de référence pour le calcul de votre droit est l’année précédente de votre demande, comme indiqué sur votre avis d’imposition français. Le chiffre utilisé est votre revenu fiscal de référence.

Lorsque votre revenu dépasse le seuil, vous pouvez toujours avoir droit à une aide juridictionnelle partielle à échelle réduite, comme indiqué dans le tableau suivant. Les chiffres concernent 2010.

Si vous bénéficiez d’une assistance partielle, vous serez alors obligé de régler tous les frais de justice supplémentaires.

Vous pouvez obtenir un formulaire de demande d’assistance auprès d’un tribunal local ou d’un avocat, ou vous pouvez le télécharger sur le site Web du ministère français de la Justice.

Vous seriez bien avisé d’obtenir de l’aide pour remplir le formulaire, sinon il vous sera retourné s’il est jugé incorrect. En effet, notre conseil serait de trouver un avocat que vous souhaitez agir pour vous et d’obtenir son assistance.

Si vous gagnez la cause et que vous recevez des dommages-intérêts, il se peut que l’on vous demande de rembourser une partie ou la totalité de l’aide juridique qui vous est accordée : en revanche, si vous perdez la cause, l’aide juridictionnelle ne sera pas disponible pour tous les frais et dommages-intérêts que vous devrez payer à l’autre partie.

Les juristes français se plaignent fréquemment des taux horaires qu’ils perçoivent pour effectuer un travail d’aide judiciaire, de sorte que tous ne sont pas disposés à le faire.

Assurance de protection juridique

Si vous n’atteignez pas le seuil de revenu pour obtenir l’aide juridique, vous pouvez alors souscrire une police d’assurance pour l’assistance juridique, appelée assurance de protection juridique.

Cette couverture est souvent incluse en option sur votre police d’assurance habitation ou automobile. Il peut être ajouté pour très peu de frais supplémentaires et nous vous recommandons de le retirer avec l’une de ces politiques normales.

La gamme de couverture par une assurance de protection juridique varie selon les assureurs et les polices. Certaines polices peuvent limiter la couverture aux litiges concernant les biens ou les personnes couverts par la police – comme votre voiture ou votre maison – tandis que d’autres polices peuvent offrir une couverture plus générale.

Les polices auront également des restrictions sur les frais juridiques maximum qu’elles sont disposées à couvrir, et certaines polices fixent un montant minimum en litige avant que la police ne puisse être utilisée.

Vous constaterez également que la couverture sera rarement opérationnelle tant que vous n’avez pas détenu la police d’assurance pendant une période minimale, au moins six mois et souvent plus longtemps.

La compagnie d’assurance n’a pas le droit de vous imposer un conseiller juridique particulier : vous êtes libre de choisir le vôtre.

Il est possible de bénéficier à la fois de l’aide juridictionnelle et de l’assurance de protection juridique dans la mesure où la police d’assurance ne couvre pas tous vos besoins.

Centres de conseil juridique français

Dans toute la France, il existe un réseau de centres de conseil juridique, situés dans chacune des principales villes.

Ces centres de conseil juridique sont appelés « Conseil départemental de l’accès au droit (CDAD)» . Ce sont des organismes publics et non des organisations caritatives.

Le fonctionnement des centres varie, certains offrant des conseils gratuits à toute personne vivant dans le département, et d’autres le limitant à ceux qui ont un revenu modeste. En général, vous devriez constater que si des limites de revenu sont fixées, elles sont assez généreuses.

Les centres s’appuient pour leur fonctionnement sur les services d’avocats, de notaires et d’autres professionnels du droit, qui peuvent être disponibles une partie de la semaine pour offrir des conseils.

En règle générale, vous devez téléphoner et prendre rendez-vous pour une journée lorsque le conseiller professionnel concerné est présent.