Tout savoir sur la pollution sonore de votre voisinage

La mauvaise nouvelle d’abord : il n’y a pas de droit au silence absolu. En particulier dans les immeubles d’habitation, vous devez vous attendre à avoir des nouvelles de vos voisins de temps en temps et vous devez tolérer ce “bruit”, au moins jusqu’à un certain point.

Comme pour beaucoup d’autres litiges, c’est le cas individuel qui décide. Il s’agit de déterminer si les facteurs d’une nuisance sonore considérable sont justes ou non. Le critère de référence est toujours la perception d’une personne moyenne. L’hypersensibilité et l’insensibilité ne doivent pas être prises en compte.

Les bruits du voisinage

La pollution sonore des voisins est un phénomène connu de tous : vos voisins font une fête bruyante jusque tard dans la nuit. Ici, la fréquence de ces parties joue un rôle particulièrement important. Mais la durée, le temps et, enfin et surtout, le volume sont des facteurs décisifs. En tant que locataire, vous devez accepter des fêtes occasionnelles. Une déficience importante est celle qui concerne les fêtes très fréquentes et aussi très bruyantes, qui se prolongent régulièrement jusque tard dans la nuit. Dans ce cas, vous avez même le droit de réduire le loyer. Mais avant cela, vous devez en parler à votre voisin ou même à votre propriétaire.

La situation est quelque peu différente en ce qui concerne le bruit des enfants, surtout s’il se produit à l’extérieur de l’appartement. Si les enfants jouent dans la cour de récréation, sur le terrain de football ou dans le pré devant l’appartement, ce bruit est acceptable pour vous en tant que locataire. Il en va de même pour le jeu dans la cour. Cela s’applique également aux perturbations pendant les périodes de repos, comme à l’heure du déjeuner. Vous n’êtes pas obligé d’accepter le bruit tant qu’il ne dépasse pas un niveau tolérable et raisonnable.

Pour l’intérieur, il semble similaire. Ici aussi, le bruit habituel des enfants est acceptable pour vous en tant que locataire. Ne pas être toléré est tout ce qui va au-delà du jeu normal, par exemple si vous ou d’autres voisins êtes agressés. Dans ce cas, vous avez la possibilité de parler d’abord aux parents des enfants.

Les pleurs nocturnes des tout-petits ou des bébés doivent être acceptés à nouveau, car ils sont une conséquence du développement naturel des enfants. Contrairement à la télévision ou à la musique, un enfant qui crie ne peut pas être éteint. Ce que vous n’avez pas à accepter, en revanche, c’est que les enfants sautent des chaises, s’entraînent au saut en longueur dans l’appartement ou même renversent des meubles. Surtout le soir, après 20 heures, vous ne devez pas tolérer cette perturbation.

Bruit des animaux

En cas de bruit animal, surtout lorsque les chiens aboient, il faut respecter les périodes de repos (midi et soir). Toutefois, l’aboiement ne doit pas dépasser une heure par jour et ne doit pas durer plus de dix minutes à la fois. Vous ne devez pas non plus tolérer la présence de poulets élevés en liberté sur votre propriété. Les perroquets peuvent également devenir intolérables pour vous en tant que voisin. Ces bruits ne sont pas courants dans les maisons multifamiliales, mais ils sont acceptables s’ils ne sont pas d’un niveau significatif.

Spécialement si vous vivez au-dessus d’un club, d’un bar ou même d’une boulangerie, le bruit peut devenir plus fort – même la nuit. Tout d’abord, vous devez distinguer si vous saviez dès le début qu’il y avait un bar ou s’il n’a été ouvert qu’après votre emménagement, ou si vous saviez déjà qu’il y avait un bar ou non. Si cela n’était pas évident, même une réduction de loyer est possible. Si vous le saviez déjà auparavant, le bruit fait partie de l’utilisation contractuelle. Cependant, la localisation de votre appartement joue également un rôle dans l’entreprise commerciale. En centre ville, le bruit est généralement plus important qu’à la campagne ou dans les quartiers périphériques.

Pistes de solutions

En premier lieu, il y a bien sûr la communication avec votre voisin. Si rien ne change de toute façon, il est préférable de contacter votre propriétaire. Si nécessaire, annoncez une réduction de loyer s’il n’y a pas de changement. Bien entendu, il est également judicieux de tenir un journal des bruits. Essayez de décrire le bruit ou la perturbation aussi exactement que possible. Mais attention, assurez-vous que les enregistrements soient problématiques, il est donc préférable de s’appuyer sur des témoins, comme des autres voisins qui se sentent également dérangés. Dans le cas où la propriété vous appartient, il vous est recommandé à l’installation d’une isolation acoustique, ou même faire appel aux forces ordre.